Le BCO dans le TOP 5 avant la reprise !

À quelques jours de la réception d’Hyères Toulon, l’heure du premier bilan est venue pour le BC Orchies. Après un début de saison canon, les hommes de Ludovic Pouillart ont connu une mauvaise série, les faisant plonger au classement. Néanmoins, le BCO est replacé et peut se permettre d’envisager sérieusement la poule haute. Retour sur un début de saison prometteur.

Une entame de championnat sur les chapeaux de roues 

Avec un effectif quasiment intégralement renouvelé, le BC Orchies a commencé son championnat en trombe. Excepté la défaite initiale en Coupe de France, les Nordistes remportent des matchs couperets au forceps et côtoient les premières places, le temps des cinq premières journées. Quoi de mieux qu’un derby remporté face à Boulogne-sur-Mer pour lancer une septième saison consécutive en Nationale 1 Masculine ? Une victoire chez le voisin boulonnais donc (83-91), confirmée quelques jours plus tard par une deuxième victoire, face à Feurs (86-75). Les Orchésiens ont l’occasion de réaliser la passe de trois en recevant Rouen, considéré comme l’ogre du championnat. Mais l’équipe normande va assumer son statut et venir infliger à Orchies sa première défaite en NM1 de l’année (79-87). La réaction sera timide, puisque les joueurs du technicien Pouillart auront besoin d’une prolongation pour venir a bout de Kaysersberg (105-96).

Enfin, le match piège à Hyères, une équipe qui n’avait toujours pas remporté le moindre match, est parfaitement géré par le BC Orchies (79-89), qui s’installe à la deuxième place du classement. Le tout, avec un bilan de quatre victoires pour une défaite. Bien évidemment, ces bonnes performances sont dues à l’ensemble du collectif, qui trouve bien ses marques pour se défaire de ses adversaires. Mais comment ne pas évoquer le cas Joe Burton ? En ce début de saison, il a marché sur la Nationale 1 : MVP de la J2, de la J4 et membre du 5 majeur de la J5, avec notamment une pointe à 44 d’évaluation contre Kaysersberg. « Je me sens bien de pouvoir revenir et jouer après un an passé sans club », confiait-il.

✍🏻 les reporters incrédules

📸 Doriane michalak

Laissez un commentaire

vs

jours
heures
min
sec